Belle Époque

Bonjour à toi et bienvenue sur mon blog ☺

Si tu me suis régulièrement, tu auras sans doute vu passer ce petit bouquin au cours d’un de mes post. Chose promis, chose due, je te donne te dis ce que j’en ai pensé !

Belle époque 2 retouchée.jpg


Auteur :
Elizabeth Ross
Genre : roman historique
Date de sortie : 2013
Nombre de pages : 418
Prix : 17.90€
Titre original : Belle Epoque
Éditeur : Robert Laffont

J’avais commencé à lire ce roman il y a deux-trois ans de cela tranquillement posé dans mon Gibert Joseph, à côté de la fac.  Je n’ai jamais pu le terminer (faute de temps et d’argent, et en plus, ils avaient enlevé touts les fauteuils dans le Gibert ) !

Il y a quelques mois, je me suis enfin décidée à l’acheter lors du Salon du Livre de Paris et je ne le regrette absolument pas. Normalement, quand je vais au salon du livre, j’attends les grandes vacances avant de lire tous les livres que j’ai pu y acheter (à cause des examens et tout le reste ) ! Cette fois-ci ça n’a pas du tout été le cas, et j’ai lu ce petit bijou bien avant le mois de Juillet.

Résumé : Lorsque Maude Pichon s’enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889.
Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile ». 

J’ai évidemment tout recommencé depuis le début car tu te doutes bien qu’en trois ans je n’en avais pas beaucoup de souvenir. Je me suis donc replongée dedans et j’ai redécouvert avec beaucoup de plaisir cette plume si facile et si agréable à lire.
Le roman commence avec une scène in medias res, et le lecteur, tout autant que le personnage est complètement perdue ! Maude Pichon se fait détailler dans les moindres détails lors de cette première scène. Mais on ne sait pas pourquoi. On sait juste qu’elle a répondu a une petite annonce pour trouver du travail. Et là, horreur ! On découvre -non sans une certaine gêne- qu’elle a été recrutée pour sa laideur.

L’histoire est merveilleusement bien ficelée et du début à la fin, je n’avais aucune idée de comment elle pouvait se terminer ! Je ne m’attendais pas du tout à la fin mais une chose est sûre : je suis ravie du tour qu’ont pris les évènements ! Et, outre une histoire bien écrite et une intrigue calme mais dont on a envie de découvrir l’issue, ce roman comporte une grande réflexion sur le beau, la beauté, l’esthétique et la société en général !

J’ai appris pleins de choses en lisant ce roman que ce soit au niveau du vocabulaire (et crois-le ou non, ça faisait très longtemps que je n’avais pas ouvert un dictionnaire à cause d’un livre !) ou au niveau du fonctionnement de la société. J’en suis ressortie plus riche en quelque sorte. Et comme le disais Camus : « On ne pense que par image. Si tu veux être philosophe, écris des romans ». Cette citation décrit à merveille ce roman !

dav

  En lisant ce roman, attends-toi à vivre le Paris du XIXè siècle dans toute sa gloire. La ville (et ses mœurs) est très bien décrite, c’est comme si on y était ! Le personnage nous emmène dans des lieux cultes tels que le quartier de Montmartre. Je ne vous en dis pas plus mais esthétiquement parlant, tu devrais lire ce roman. Ne serait-ce que pour la beauté de la description des lieux.

  L’auteur ne s’arrête pas à la description des lieux non non, elle s’attèle également à la description d’un des plus grands monuments mondiaux : la tour Eiffel ! (Moi chauvine ? Mais pas du touuut 🙂  ). Il faut savoir qu’au début du roman la tour Eiffel est en cours de construction, elle n’est pas encore terminée et elle est loin d’être appréciée par tout le monde. Enfin, ce dernier point est plus un fait historique qu’une anecdote due au roman. Cependant, dans le roman l’auteure prend le parti de faire de la Tour une véritable merveille tant au niveau de sa beauté, que de sa structure ou des avancées techniques et mathématiques qu’elle a requis. Mais comme je viens de le dire, tout le monde n’était pas de cet avis au XIXè, au contraire ! Par exemple, moi, j’aime la Tour Eiffel. C’est le symbole de Paris et des amoureux mais si, au XIXè on m’avait dit qu’on allait installer une immense barre de fer en plein milieu du paysage parisien, je n’aurais sans doute pas été d’accord !

Tour eiffel.jpg

  Ce que j’ai moins apprécié ce sont les quelques anachronismes et bizarreries que j’ai pû relever. Par exemple, il est mentionné à la fin que le personnage principal, Maude est en vacances avec son amoureux dans la maison d’un de leurs amis commun. Euh… je ne suis pas d’accord. C’est quelque chose qui ne se fait pas au XIXè : partir en vacances avec une personne de sexe opposé… tout seuls… et vivre comme un charmant petit couple sans que personne ne trouve rien à redire… Ils ne sont même pas fiancés dans l’histoire alors vraiment, ça me paraît plus que suspect !

 Cependant et quoi qu’il arrive, Maude est une personne qui sait faire preuve de courage et qui sait ce qu’elle veut dans la vie ! Elle est même prête à se sacrifier pour ses amis et c’est très admirable de sa part ! Elle n’est pas parfaite, je le concède tout à fait et elle s’est même perdue en cours de route… Mais elle reconnaît ses erreurs et ça, ce n’est pas donné à tout le monde.

Maude n’est pas le seul personnage que j’ai aimé dans l’histoire. Ce roman regorge de personnage hauts en couleurs, encore une fois très bien décrits. Ils sont tous différents et possèdent une vraie épaisseur psychologique. Je sais, je me répète, mais c’est comme si on y était !

EN RÉSUMÉ : Ce roman est très clairement un coup de cœur pour moi. On a un aperçu du vieux Paris  dans toute sa gloire, lors de la Belle Époque justement ! Outre une histoire rondement menée, ce roman décrit un Paris en pleine mutation et ce, même si certaines thématiques (la beauté et la société, l’argent…) restent encore très actuelles. Le roman vaut largement son prix. Je sais qu’il pourrait en rebuter certains mais le roman fait quand même plus de 400 pages. D’ailleurs, je l’ai lu très vite pour un roman aussi gros ! Il est très addictif !

Belle Epoque - Elizabeth Ross.PNG retouchée.PNG

Alors, si tu avais des doutes concernant ce roman, n’hésites plus, FONCE !

Pour la partie audio, j’ai décidé de vous lire un extrait du roman où Maude se trouve dans les vestiaires de l’agence qui l’emploi. C’est un cadre intime où elle se laisse aller à l’observation de ses pairs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s