L’accro du Shopping à la rescousse

 

Auteur: Sophie Kinsella
Genre: Chick-lit
Date de sortie: Mars 2016
Nombre de pages: 319
Prix: 19,95€
Éditeur: Belfond

Hello tout le monde, on se retrouve aujourd’hui pour parler d’une auteure dont nous avons déjà parlé ici, et qui n’est autre que Sophie Kinsella. Elle était de retour en Mars avec son huitième volet de la série L’accro du Shopping. Autant vous dire que j’ai halluciné de voir que ce tome paraissait si vite après le précédent, mais bon, dans l’état où l’auteure nous avait laissé, je ne pouvais qu’approuver!
J’aimerais pouvoir dire que je suis cette série depuis le début mais non, en 2002, lors de la parution du tout premier tome je n’avais que 7 ans! Alors il est vrai que je ne suis pas cette série depuis le début mais je peux belle et bien affirmer que j’en suis accro ( sans mauvais jeux de mots ;D). Voilà ce que nous dit le résumé:
Déçue par Hollywood, Becky a décidé de se recentrer sur l’essentiel : sa famille et ses amis. Et il y a urgence ! Car pendant que Becky comprenait dans la douleur que les coulisses de l’usine à rêves sont peu reluisantes, Tarquin, le mari de Suze, disparaissait, comme hypnotisé par un gourou New Age aux intentions pas très love and peace, tandis que Graham, son père, partait à la recherche d’un vieil ami détenteur d’un lourd secret. C’est donc dans un combi Volkswagen du meilleur goût que Becky, son époux, sa fille, Suze, sa mère et la meilleure amie de cette dernière se lancent on the road. Au programme : rodéo parties, foires d’art contemporain campagnard, et les paillettes de Vegas. Et à l’arrivée, pour notre accro préférée, une révélation : le shopping, c’est bien, la famille et les amis, c’est mieux!
MON AVIS: Comme d’habitude, j’ai été ravie de retrouver les mails de Rebecca au début du livre mais aussi de savoir qu’elle est dans une situation problématique à chaque premier chapitre des 8 tomes de la série.
 En 14 ans, Becky n’a pas changé ou presque, elle a toujours des problèmes, mais cette fois-ci, c’est sensiblement différent. À tel point que, tenez-vous bien… Becky n’a plus envie de faire de shopping! Notre accro du Shopping à l’air changée dans ce tome, elle semble plus mature car plus consciente de ses erreurs passées.
Le truc que j’ai le plus aimé je pense, c’est le retour de la grande rivale de Becky, j’ai nommé Alicia La Garce aux longues jambes (ou Alicia Bitch-Long Legs en VO). Mais que cette dernière puisse faire amie-amie avec Suze, alias la meilleure amie de Becky, ça non, je ne m’y attendais pas!
Et puisqu’on parle de Suze, j’avoue avoir été déçue par le personnage. À cause de son comportement vis-à-vis de Becky en premier lieu qui essaie de l’aider du mieux qu’elle peut mais aussi envers sont mari, Tarquin! Je ne vous en dis pas plus mais j’avoue que vraiment, je ne m’attendais pas à ça de la part de Suzanne Cleath-Stuart et je me répète, mais je trouve ce personnage quand même bien différent du personnage qu’on nous avait présenté dans le tout premier tome en tout cas. Bien sûr, en 14 ans, les personnages sont censé grandir  évoluer et changer mais là… Je ne sais pas trop, je n’ai pas trop accroché à cette partie de l’histoire. Cependant c’est aussi là qu’on sent l’évolution du roman et l’entrée de tous ces personnages dans la vie adulte. Dans la VRAIE vie adulte; et quelque part ça fait du bien de voir que Becky ne restera pas éternellement une jeune femme choyée à qu’il ne manque jamais rien  et qui à tout pour être heureuse (à part peut-être, la dernière paire de chaussure à la mode ;D).
Par contre du point de vue de la diégèse, je trouve que c’est quand même un peu… bizarre. Becky et sa famille s’en vont à Los Angeles pour affaire. Puis sa meilleure amie et la famille de cette dernière la rejoigne… puis son père… puis sa mère , puis la meilleure amie de sa mère… Euh… comment dire. Ce n’est pas très réaliste! Toute la petite vie de Becky a été transposé à Los Angeles et ce n’est pas très logique, ça ne fait pas sens. Même si l’auteure a relativement bien présenté les choses dans les faits… On est d’accord pour dire que ça ne se fait pas un truc pareil! Ce sont peut-être des bourgeois avec de certains moyens économiques mais c’est quand même tiré par les cheveux cette histoire! Voilà, c’est un des seul trucs dérangeants de l’histoire et je tenais à le souligner.
En bref, j’ai énormément aimé ce huitième tome  (je me demande d’ailleurs s’il y en aura d’autres). Becky ne m’a absolument pas déçue et malgré certains changements, elle reste une femme, une amie, une épouse et une fille dévouée et charitable. Je vous recommande ce tome!
Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires!
Bises à tous,lips-render
Chris
Note: 3,5/5
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s